[Le Chtululu a lu…] 1144 livres de Jean Berthier

« Comme on a peu lu quand on a beaucoup lu » – Jean Berthier

Ce premier roman de Jean Berthier est un cri d’amour envers le livre et la lecture. Le narrateur, né sous X, reçoit une bibliothèque de 1.144 livres de la part de sa mère biologique, dont il ne sait rien et ne veut rien savoir. Malgré ce refus initial, la passion du livre pousse ce bibliothécaire à ouvrir une boîte, puis une autre, et encore une autre…

Les premiers rapports au livre du narrateur s’offrent alors à nous, avec la douceur d’une Madeleine. Puis vint l’acceptation et la délivrance. Cet héritage inattendu ne lui permettra peut-être pas de connaître sa mère biologique, mais de « partager les mêmes phrases, [s]’éveiller aux mêmes pensées […]. Ces livres le nourriraient à [son] tour et par eux [ils seront] reliés ».

Si tout lecteur ne peut être indifférent à cette déclaration d’amour, on peut reprocher à l’auteur une écriture un peu pompeuse qui empêche de ressentir de l’empathie pour le personnage. Un peu de simplicité aurait été la bienvenue… Mais, les mots sont beaux et finalement, le livre est le véritable héros de cette histoire.