Spécial Valérian : sortie cinéma d’une BD SF culte !

Valérian et la Cité des mille planètes, le dernier film réalisé par Luc Besson, est enfin dans les salles françaises et belges !

Avec un budget de 180 millions d’euros, le film français indépendant le plus cher de tous les temps enregistre un excellent démarrage dans les salles françaises. Le classique de la bande dessinée SF française semble donc prendre un chemin inverse des États-Unis, où il est déjà annoncé comme une chronique d’une mort annoncée (actuellement à la 5e place du Box-Office, notamment concurrencé par Dunkerque de Nolan).

Les critiques de la presse sont aussi bien positives que négatives, qualifié même de « Navet spatial » selon Libération. Côté du public, le constat reste le même : visuellement impressionnant, scénario un peu faible et personnages plats. Luc Besson a donc choisi de plutôt faire la part belle aux mondes extraterrestres avec l’influence incontestable d’Avatar et du 5e élément… Film pour lequel Jean-Claude Mézière, le scénariste de Valérian a d’ailleurs participé.

Mais laissons de côté le film pour revenir à la BD culte débutée en 1967, que je ne connaissais pas (juste de nom). Pourtant, il s’agit là d’un classique qui a marqué toute une génération, dont celle de Luc Besson, qui attendait les possibilités techniques pour transmettre à l’écran ce vaste univers. Et à la lecture des 5 tomes que nous avons en stock, je comprends pourquoi ! La flore des planètes visitées par les deux héros est aussi bien dépeinte que la faune et les autochtones. Nul doute : les idées foisonnaient dans l’esprit des créateurs ! À bien des égards, ceux-ci ont influencé les œuvres du genre comme Star Trek Next Generation jusqu’à aujourd’hui (je ne peux que faire le lien avec l’univers de Lanfeust concernant la diversité de la faune et flore).

Quant au pitch de base, il est assez simple : nous sommes au 28e siècle, Valérian, un agent spatiotemporel et Laureline, sa coéquipière sont chargés de diverses missions, qui les envoient tantôt dans le passé pour récupérer un dangereux prisonnier évadé, tantôt dans un autre système solaire pour établir des premiers contacts.

ValerianLes auteurs ont sorti 21 albums avant de s’arrêter en 2010, offrant une retraite méritée aux deux agents qui ont vu leur histoire évoluée au fil du temps.

Les Éditions Dargaud ont décidé de profiter de cette nouvelle mise en lumière pour annoncer la sortie en septembre d’un nouveau tome, sous la plume de Wilfrid Lupano (Les vieux fourneaux) et les crayons de Mathieu Lauffray (Long John Silver). Actuellement annoncé comme un one-shot, d’autres tomes suivront en cas de succès.

Nous avons actuellement au Chtululu les tomes 1, 2 et 5 ainsi qu’un Hors série dans la collection 16-22 de Dargaud !

 

 

Toute cette semaine, découvrez notre gamme de livres et BD SF !

Demain : la collection Anticipation de Fleuve noir.

 

 

 

 

Références

S. TRINEL, « Valérian et Laureline : ce qu’il faut savoir sur la saga culte », IGN France, 26 juillet 2017. Consultez l’article ici.

G. JURGENSEN, « Valérian : démarrage record pour Luc Besson », AlloCiné, 27 juillet 2017, Consultez l’article ici.

D. PÉRON, « Valerian, navet spatial », Libération, 25 juillet 2017, Consultez l’article ici.

D. PASAMONIK, « En prélude au film, Valérian sur tous les fronts », ActuaBD, 21 juin 2017, Consultez l’article ici.